Mind and Freedom

15 Mai - 13 Juil 2024
Exposition personnelle
Vernissage
mercredi 15 mai 2024
La Galerie La Forest Divonne est heureuse de présenter une nouvelle exposition du peintre Jeff Kowatch, du 15 mai au 13 juillet 2024 à Paris.

La galerie travaille avec ce peintre américain depuis 2008. Le titre de cette nouvelle exposition « Mind and Freedom », fait référence à la pratique de la peinture de Jeff Kowatch, influencée par sa pratique du Zen, où il cherche à se libérer du sujet pour laisser émerger sur la toile la représentation de son monde intérieur en s’appuyant sur des gestes répétitifs et lents et une juxtaposition impressionniste des couleurs.
L’artiste développe une peinture de coloriste marquée par les grands abstraits américains de Mark Rothko à Brice Marden. L’application de nombreuses couches de couleurs par le renouvellement d’un geste sur une longue durée confère aux oeuvres de Kowatch une vibration toute particulière. Pour la technique, ce sont les grands peintres flamands, notamment Vermeer et Rembrandt en particulier, dont il s’est réapproprié les recettes à l’huile de lin, qui donnent à sa peinture un effet particulier de profondeur et de transparence, propre aux glacis.

Récemment, Kowatch a réalisé des tableaux où il utilise des bâtons à l’huile sur dibonds, œuvres de grand format, qui attirent le regard par l’utilisation de formes généreuses et de couleurs incroyablement lumineuses et chaleureuses dont les couches se superposent. Ce peintre californien établi en Belgique depuis une vingtaine d’années travaille donc en parallèle ces 2 techniques différentes: le glacis sur toile d’une part (paintings), et les bâtons à l’huile sur aluminium d’une autre part (drawings). Ce sont deux techniques très élaborées et très lentes, qui nécessitent six à huit mois de travail pour les bâtons à l’huile, et deux à trois ans pour les toiles, sur lesquelles il superpose jusqu’à une centaine de couches successives. C’est cette superposition qui leur donne au fil du temps, une texture, une couleur et une profondeur exceptionnelles. Jeff Kowatch a été profondément inspiré par Monet et le jardin de Giverny. Sa peinture est aussi ancrée dans une abstraction très américaine, mais elle s’est construite sur les techniques de la peinture européenne du XVIIe siècle et puise souvent pour la
composition dans les sujets des natures mortes et des compositions florales du siècle d’or.

 

Galerie La Forest Divonne & Moretti Fine Art

 

Pour cette nouvelle exposition à Paris, la Galerie La Forest Divonne s’associe à la Moretti Fine Art – présente à Londres, Monaco et Paris – qui prêtera exceptionnellement un tableau de Pier Francesco Cittadini intitulé Vase of flowers with Pale of Olives, Salami and cheese, Preserves, a Chalice and a white fringed cloth, 1660 qui sera présenté au milieu des oeuvres de Jeff Kowatch.
Cette mise en regard, d’une oeuvre de l’artiste avec ce grand bouquet floral du XVIIème siècle souligne à quel point l’oeuvre de Jeff Kowatch s’inscrit dans la longue tradition de la peinture.Inversement, un tableau de Jeff Kowatch sera accroché dans la Moretti Fine Art – Paris, située tout proche du Louvre. Les visiteurs pourront traverser la Seine et admirer le dialogue entre l’oeuvre de l’artiste et les chefs-d’oeuvres du passé.

 

Jeff Kowatch, Monographie à paraître en Mai 2024, chez Skira

 

À l’occasion de l’exposition les Éditions Skira publie une importante monographie du travail de Jeff Kowatch, qui retrace le parcours de l’artiste depuis ses débuts. Le texte critique est écrit par Juliette Singer, conservatrice en chef au Petit Palais, anciennement conservatrice en
chef de l’art moderne et contemporain au Louvre Abu Dhabi. Elle prendra ses nouvelles fonctions de Directrice du Palais des Beaux-Arts de Lille et du Musée de l’Hospice Comtesse, en avril prochain. Cette monographie sera diffusée à l’international (texte français/anglais). Parution en mai 2024.

 

La peinture de Jeff Kowatch reflète son rapport au monde, imprégné de philosophie Zen.
Ses formes vibrantes et immobiles, qui se frôlent délicatement, dans un effet flouté
caractéristique de l’oeuvre de l’artiste, ouvrent sur une dimension quasiment métaphysique.

 

Juliette Singer, Directrice du Musée des Beaux-Arts de Lille (en poste à partir du 1er avril 2024).
Extrait du texte de la monographie de Jeff Kowatch à paraître chez Skira en mai 2024.